Tout un univers fantastique à portée de main
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une visite de courtoisie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Odin

avatar

Masculin Date d'inscription : 21/02/2015
Affiliation : Mort et ombre
Métier : Dieu des morts

MessageSujet: Une visite de courtoisie   Mer 4 Mar - 4:43


Dans l'Onde noire
- Le passage des morts est ouvert.


Une visite de courtoisie

feat Odin et Baba Yaga (j'essaierais de changer la musique pour que ça colle mieux)


Le sombres Tréfonds, son royaume, craint par la mortels, envié par les érudit désirant obtenir l'immortalité. Un mon entier qui lui obéissait, mais aussi sa prison. Le seigneur divins du royaume des morts, L'envieux souverain des âmes défuntes, Odin n’appréciait dans son silence et son ambiance morbide, que la tranquillité et la protection qu'ils lui apportaient. La solitude et l'isolement, dont il avait hérité très trop lui devant plus insupportable de jour en jour, le confortant dans une douce folie. Cela faisait des milieu d'année que la colère et la douleur avait disparu. Tout était juste calme et ses délires morbides pour remplir les vides de Tréfonds et de son palais était devenu un quotidien banal. Une folie muette et passive était désormais une part entière du dieu funeste.

Heureusement, il avait il y a maintenant très longtemps nommé des gardiens, divins ou ancestraux, afin de protéger ses porter et de ce fait partager une partie de son fardeau. Ces gardien vivaient loin des civilisations et ne gardais pas seulement une porte vers les Tréfonds. Ils était aussi responsable des entrer et sortie et d'un certain contrôle sur Le dieu des mort. Cette surveillance était bénéfique au yeux d'Odin qui pouvait avoir un semblant de vie social avec d'autres êtres intelligents et non fantomatique. Plutôt que de les voir comme des geôlier c'était plutôt de la compagnie. Parmis tout ces gardien il y en avait un qu'il avait fini par affectionner avec le temps. Une vieille déesse que les mortels nommais Baba Yaga.

Baba Yaga est considérer comme une sorcière et c'est une femme qui aime cultiver le mystère de ses pouvoir aux mortel. Sa maison elle même les mettait à l'épreuve pour amuser la vieille dame au moins aussi seule que lui. Certain avait peur d'elle, d'autre au contraire la voyais comme un recourt magique à des situations extrême. Bien qu'il ne l'exprimais jamais directement, Odin aimais beaucoup cette vieille femme. Dans un sens ils se ressemblait beaucoup et le thé qu'elle servait était excellent. La plupart des visiteur de cette dernière devait répondre à des énigme et d'autres bêtises pour lui rendre visite, lui se contentais de se téléporter chez elle et de s’asseoir à sa table en la saluant.

"J'ai vu que tu était seule aujourd'hui vieilles femme, navré de m'inviter à l'improviste mais je pensait que partager notre ennuis commun pourrais être une chose agréable. Tu as encore cet infusion étrange que j'ai vu la dernière fois que je suis venu?"

Comme il se présentait en dehors des Tréfonds il portait tout de même son masque, mais sa tenu était moins détaillée et plus légère que d'habitude. Il gardait malgré tout ses parures et ses manière distinguer, se tenant le dos droit contre sa chaise, une jambe croiser sur l'autre et ses mains lié en repos sur son genou, le tout en fixant la sorcière de ses iris doré droit dans les yeux. N'importe qui aurait pu être mal à l'aise, ce n'était jamais le cas de la déesse qui était habituée aux visites d'Odin.

FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baba Yaga

avatar

Masculin Date d'inscription : 19/08/2014
Affiliation : Tout
Métier : Sorcière

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Mer 4 Mar - 21:31



feat. Odin


Une visite de courtoisie

~Les roses bleues nous sauveront~


"J'ai vu que tu étais seule aujourd'hui vieille femme,
navré de m'inviter à l'improviste mais je pensais que partager
notre ennui commun pourrait être une chose agréable.
Tu as encore cette infusion étrange que j'ai vu la dernière fois que je suis venu?"





« J'aurais presque l'impression d'entendre cette même phrase tous les jours mon enfant. Hoo hoo hoo, laisse moi donc te préparer cela ... »

J'ignorais depuis combien d'années je m'étais habituée aux incessantes et quotidiennes visites de ce dieu solitaire, ou presque solitaire. Ou encore, combien de fois il venait me rendre visite ; parfois, lorsqu'il n'est que de passage que pour quelques minutes, il lui arrive de revenir plusieurs fois durant la même journée. Et il était toujours aussi drôle de le lui rappeler à chaque fois, qu'il était déjà venu me rendre une petite visite.
Un peu comme la raison de ses visites, à force de ces dernières, la solitude devenait de moins en moins le seul justificatif de ces téléportations dans ma demeure comme il aimait si souvent le répéter, pour se justifier ; le petit Odin semblait apprécier cet endroit, et ma présence. Plus que de la compagnie, ou du bruit, le dieu des tréfonds cherchait de plus en plus quelque chose de plus fort et plus profond que cela, même s'il n'osait pas le dire.

Je fis cogner le manche de mon bâton contre le sol de ma maisonnette et le feu dans la cheminée se raviva comme un phénix qui renaîtrait de ses cendres, d'abord dans une lueur verte, lueur qui vira à un rouge ardent. Tout en traînant les pieds, surtout mon pied squelettique, je fis léviter une petite marmite que je rapprochai et déposai dans la cheminée, et d'un autre mouvement de bâton, les volets de mon ysba s'ouvrirent pour laisser entrer de fins cours d'eau qui flottaient dans les airs, venant d'un ruisseau qui coulait dans non loin. Avec cette eau, je fis remplir ma marmite avant d'expulser l'eau et de refermer mes volets.
Dans un geste nonchalant, je fis volte-face, faisant alors bouger et claquer les crânes qui pendaient aux piques et pieux de ma carapace et autres os, ainsi que la main d'un enfant malheureux, mort il y a des années ; et je me mis à fouiller dans quelques bocaux que je faisais léviter tout autour de moi, jusqu'à ce que je finisse enfin par mettre la main sur celui que je cherchais. De ce dernier, je fis sortir toujours par le biais de ma magie, des pétales séchées et décolorées, et ce aussi depuis des années dont j'avais depuis longtemps perdu le compte. Ces pétales avaient une couleur autre fois, une magnifique teinture bleue azure comme l'horizon des mers et des océans. Rangeant tous mes bocaux à leur place, ces pétales vinrent voler et flotter jusqu'à la marmite pour y reposer, et y infuser à haute température, et très vite, le récipient dégageait une forte, mais douce odeur parfumée par le temps et de magie. Un humain qui goûterait cette infusion la prendrait pour de l'alcool fort et vieux d'âges, mais pour des êtres plus spirituellement élevés, il en était autrement ; elle restait certes, forte et vieille, mais elle dégageait et libérait des saveurs que seules de hautes entités magiques pourraient discerner, et donc apprécier.
Faisant toujours usage de magie, je soulevais la marmite pour l'extirper de la cheminée et me tournais vers la table, et Odin, alors que deux grands verres fait de verre taillé et sculpté prenaient place face à ma place, et la sienne. Des verres que je vins remplir à ras bord, et avec malice, je prévenais le dieu solitaire qu'il devait prendre garde à la boisson, qui était alors brûlante, avant de l'inviter à la boire.

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odin

avatar

Masculin Date d'inscription : 21/02/2015
Affiliation : Mort et ombre
Métier : Dieu des morts

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Ven 6 Mar - 3:01


Dans l'Onde noire
- Le passage des morts est ouvert.


Une visite de courtoisie

feat Odin et Baba Yaga


Comme à son habitude Odin ne pris pas en compte l'avertissement de sa gardienne. Bien qu'elle soi son égale en puissance et qu'il lui accordais un certain respect et une sorte d'affection qu'il refusait de s'avouer, il ne l'écoutait jamais. Elle était pourtant bien plus sage que lui, même si un peu sénile. Les années avaient eux un effet intéressant sur la vieille femme qui avait choisi de laisser son corps vieillir, elle semblait s'en amuser et éprouver un constant intérêts pour les mortels et leur monde. Lui n'en voyais aucun, mais il était ronger par la jalousie et son emprisonnement avait forcer un mépris contre ce monde qui lui était refuser. Il l'enviais tout en le détestant pour se protéger. La Yaga avait du très vite le comprendre, elle ne le montrait pas mais était particulièrement perspicace malgré son esprit et son corps rouillé par les ages. Le dieu avait souvent l'impression qu'elle pouvait lire dans son esprit et passait, de ce fait, son temps à justifier toute ses actions et réactions face à elle. C'était puéril et ridicule, mais il continuais à affectionner sa maison ou il pouvais se rendre quand bon lui semblait sans sentir le monde des mortels siphonné son énergie de minutes en minutes. L'Isba était le seul endroit dans ce monde ou les Tréfonds avaient une influence. Parce-qu’elle était situer proche de la porte et faisait partie du domaine de la déesse qui marquait la frontière avec le sien, il pouvais y passer autant de temps qu'il voulait.


Ses pensées divagants, il en oublia le contrôle sur ses réaction pour garder la face devant la vieille femme. Comme il avait défier son avertissement le liquide ne tarda pas à lui brûler les lèvre et il sursauta à son contacte. Il émis un sifflement contrarier et détourna la regard pour ne pas se sentir rougir de sa méprise et reprendre au plus vite le contrôle de lui même pour boire comme si de rien n'était. Il cachait aussi apprécier bien plus qu'il ne le montrait l'infusion, même si cela lui semblait asser étrange de boire une infusion à base de rose d'éternité vieillies. Comment des roses ayant un pouvoir contre le temps pouvaient vieillir? Encore une interrogation qu'il n'oserais jamais exposer à sa gardienne, ce serait absolument ridicule et puis, de toute manière, le temps n'était pas de son ressort. Tout son domaine se trouvais en dehors de ce dernier puisqu'il en représentait la fin. Il finis enfin par répondre à la déesse tout de même, avant qu'elle ne remarque encore le trouble qu'elle pouvait mettre dans ses pensé, par la simple peur qu'elle puisse les deviner.


"Je ne suis pas un enfant mégère, Je suis surement aussi ancien que toi. Ensuite j'annonce je t'apprend juste ma visite avec politesse. Il est bien normal que je rende visite à ceux qui garde mes portes, ce serait malvenu de ma part. C'est quand même du travail en plus pour toi, bien que tout ces mortels qui viennent jusqu'à toi pourrait te prendre bien moins de temps. Si tu cessait déjà de t'en prendre à leurs enfants ou que tu fermais l'Onde noire ils ne viendrais pas te déranger chez toi. Personne ne viens jamais me déranger moi, même si, tu le remarquera, je n'aurais pas besoin de fermer les portes des Tréfonds si je pouvais les ouvrirent volontairement aux mortels. Ils n'oserais même pas poser un pieds dans mon royaume. Sérieusement je ne vois ce que tu trouve à toutes ces créatures. Il se font la guerre constamment et ne cherche que la vengeance ou l'amour. Ils sont tellement stupide..."


Il bu une nouvelle gorgé, restant le plus calme possible. Au fond il bouillonnait, le conflit constant de son esprit en ce qui concernait les mortels ne cessait de torturer son esprit. Même à ses yeux toute critique sur ces derniers, émis par le seigneur des Tréfonds, lui semblaient fade et de mauvaise foi.

FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baba Yaga

avatar

Masculin Date d'inscription : 19/08/2014
Affiliation : Tout
Métier : Sorcière

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Sam 7 Mar - 20:11



feat. Odin


Une visite de courtoisie

~Les roses bleues nous sauveront~


"Je ne suis pas un enfant mégère, je suis sûrement aussi ancien que toi. Ensuite j'annonce
je t'apprend juste ma visite avec politesse. Il est bien normal que je rende visite à ceux qui
gardent mes portes, ce serait malvenu de ma part. C'est quand même du travail en plus pour
toi, bien que tout ces mortels qui viennent jusqu'à toi pourrait te prendre bien moins de
temps. Si tu cessais déjà de t'en prendre à leurs enfants ou que tu fermais l'Onde noire ils ne
viendrais pas te déranger chez toi. Personne ne viens jamais me déranger moi, même si, tu
le remarquera, je n'aurais pas besoin de fermer les portes des Tréfonds si je pouvais les
ouvrirent volontairement aux mortels. Ils n'oseraient même pas poser un pieds dans mon
royaume. Sérieusement je ne vois ce que tu trouve à toutes ces créatures. Il se font la guerre
constamment et ne cherchent que la vengeance ou l'amour. Ils sont tellement stupides ..."





« Encore une fois mon petit, j'ai une impression de déjà vu, ou déjà entendu. A chaque fois que tu me rends visite, tu ne peux t'empêcher de parler d'eux, et de rappeler que tu ne vois pas ce que je leurs trouve ... Hoo hoo hoo. Il faudrait que cela te passe un jour, tu ne crois pas ..? »

Le pauvre, une fois de plus, il fait sa tête brûlée et ne prend pas en compte mes avertissements, j'ai beau lui dire à chacune de ses visites que l'infusion est brûlante, il n'en fait qu'à sa tête et se brûle les lèvres ; j'ai toujours trouvé ses réactions à cet instant parfaitement amusantes, parfois, je n'attendais que le moment où il allait se brûler, siffler et grommeler en silence au fond de sa gorge, gêné, et prit par l'envie de rougir presque de honte de se donner ainsi en spectacle devant moi. Ensuite il reprenait son air stoïque mais, au fond, troublé, et ce jusqu'à la prochaine visite où il commettra exactement la même erreur. Il avait beau se dire être la fin du Temps, il était lui-même le seul coupable d'une boucle infinie, quelle ironie du sort ...

Alors qu'il buvait le divin nectar, je pus sentir comme une interrogation, une incompréhension ; il n'a jamais su pourquoi ou comment des roses bleues pouvaient sécher, et vieillir. La réponse était pourtant si évidente, pour donner lieu à une boisson si privilégiée aux grandes entités, il fallait au moins que l'ingrédient de base ait des vertus magiques, le tout était ensuite de comprendre, et de se poser les bonnes questions. Son esprit était comme un livre ouvert, posé sur un piédestal à la vue de tous, ou plutôt, et surtout, à la mienne, et à ma bonne perspicacité. Même si je n'en n'ai pas l'air ... Hoo hoo hoo. Même si répondre à une question qu'il n'a jamais posé serait fortement drôle et plaisant à observer à travers lui, je préférais attendre le jour où il céderait à la poser, et ainsi, pouvoir me délecter d'une gêne et de réactions encore meilleures : J'ai beau apprécier le petit Odin, je ne raterais jamais une occasion de jouer sur son mauvais caractère, et avec ce dernier.

J'avais très envie de lui répondre, à lui, et son monologue, mais dans un moment d'inadvertance, en plus de son verre, j'en avais déjà rempli un deuxième, qui serait donc pour moi. Je n'avais même pas fait attention ... Il fallait toujours que je sois tête en l'air, mais contrairement au maître des Tréfonds, j'avais appris, et je savais parfaitement maîtriser mon visage, je continuais de lui sourire simplement, et chaleureusement.
Maintenant qu'il était plein ce verre, il serait mal avisé de ma part, en présence d'un invité, que de le laisser traîner ... Et puis, le parfum de l'infusion venait jusqu'à moi, redonnant presque des couleurs à ma peau rien qu'avec son odeur. Les roses bleues étaient mon péché mignon, il m'était tout bonnement impossible d'en refuser une petite infusion ... D'une main assurée, je vins me saisir du gobelet et l'apporta à mes lèvres, afin d'en boire la contenance d'une seule traite, mais d'une traite lente, et pleine de délicatesse, où je savourais pleinement ce fameux breuvage. Et à mesure que le verre se vidait, mon visage ne laissait pas paraître que le plaisir éprouvé, il semblait plus frais, plus vigoureux ; mon pied squelettique ne l'était plus, c'était un pied, parfaitement normal, et je paraissais moins bossue : Toujours les mêmes effets, et d'agréables effets, mais je n'allais pas en abuser, je n'avais pas envie de rajeunir devant Odin, pour le moment en tout cas, je reposais alors le verre sur la table.
[/color]


« Ils ne me dérange pas mon garçon, au contraire, ils sont amusant, et ce presque autant que toi, mais ne t'en fais pas, tu es imbattable en matière de comédie humoristique, un vrai champion indétrônable dans cette catégorie. Hoo hoo hoo. Sache que certains demandent à entrer dans ton royaume, dans le vain désir de ramener quelqu'un à la vie, ou dans le fou désir de te rencontrer, et de te demander une faveur. Si tu ouvrais un peu plus la voie, tu aurais toi-même des visites, et plus souvent que tu ne pourrais le penser ... A moins que tu ne préfères pas prendre ce risque, pour ne pas être face à ton plus gros problème et dilemme existentiel. Tu es vraiment ... Amusant, mon petit Odin, si j'osais, je serais souvent en train de rire en ta compagnie, mais évidemment, cela te gênerait plus qu'autre chose car tu sais que j'ai raison ... Pauvre petit ... ~ »


© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odin

avatar

Masculin Date d'inscription : 21/02/2015
Affiliation : Mort et ombre
Métier : Dieu des morts

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Lun 9 Mar - 3:14


Dans l'Onde noire
- Le passage des morts est ouvert.


Une visite de courtoisie

feat Odin et Baba Yaga


Le seigneur des morts se mis rapidement à fusillé la vieille déesse du regard. Il savait pertinemment qu'elle avait raison et qu'elle voyais clair en lui, comme si elle pouvais lire dans ses pensés. Odin était un dieu fière et il supportait mal qu'on lui mette ce qu'il considérait comme des faiblesse sous le nez. Evidemment qu'il jalousais la facilité de Baba Yaga à communiquer avec les mortels. Il n'en était capable, les mortels le craignait et pour la plupart ne l’appréciait pas vraiment. Il représentait ce qu'ils souhaitait voir disparaître de leur existence, tandis que sa gardienne était la déesse d'un domaine plus séduisant. La magie était un moyen de tenter d'échapper à l'étreinte de la mort et des Tréfonds eux-même, bien qu'en vérité ils ne faisaient que repoussé l'inévitable. En plus de se savoir particulièrement peu apprécié des mortel, il était incapable de leur ouvrir volontairement les Tréfonds, il lui fallait l'aide d'un ou plusieurs gardien, et même une fois ces portes ouvertes, les terres désolée de son royaume n'était pas des plus accueillantes pour les mortels. Il n'y avait presque pas de lumière et surtout l'air y était toxique pour tout être possédant une espérance de vie limitée. Seul les immortels et les autres dieux pouvais s'y rendre sans risque, donné à son royaume des condition à la survie mortelle seraient à coup sur épuisant et risquerais de la plonger dans le sommeil pendant quelque temps, un état de faiblesse qu'il ne pouvait pas se permettre.


Il tenta de calmer sa colère vivace avec une nouvelle gorgée de cette infusion qu'il appréciait tan. Ses principes lui interdisait toute incivilité avec les autres divins et particulièrement de montrer des états d'âmes devant des êtres capable de s'en servir contre lui. Une fois son calme apparent retrouver, il se permis de répondre. Ils se garda bien, en revanche, d'essayer de justifier ses répétition. Il savait pertinemment qu'ils disait très souvent les mêmes choses. Surement pour essayer de se convaincre lui même.


"Je ne veux pas d'êtres inférieurs dans mon royaume. Ce n'est lier à aucun problème ou dilemme d'aucune sorte. Je les détestes, c'est tout. Ils ne mérite ni respect ni considération de ma part. Je ne leur ouvrirais pas mes Tréfonds même si je le pouvais. De toute façons ils pourraient même pas y respirer ou en ressortir."


Il ne manquerais plus qu'il admette ouvertement ses sentiments à ce sujet. Il ne pensait pas que Baba Yaga s'en servirais pour le manipuler ou lui faire du mal, elle semblait plutôt l’apprécier et être plutôt protectrice envers lui. Un peu comme une grand-mère bienveillante qui l’accueillerais dans le seul but qu'on lui parle un peu et d'offrir ses petits gâteaux qu'elles ne pourraient pas manger toute seule. Elle était la seule de ses gardien qui le comprenait sans lui poser de question, malgré tout il ne se confiait pas et ne confierais surement jamais rien à la sorcière. C'était plus pour se protéger de lui même que par simple méfiance. Elle était une des rares entité divine à qui il accordais une certaine confiance, bien que limitée.


Il reposa son verre à moitié vide. Odin buvais lentement parce-que le breuvage était particulièrement chaud. Les sens du seigneur des Tréfonds était plutôt sensible, surement lié à son jeune âge même pour un dieu. La Yaga semblait bien mieux habituer que lui à cette infusion qui rajeunissait toujours un peu son corps. Lui gardais un physique qu'il trouvais plaisant, il se demandais parfois pourquoi sa gardienne avait plutôt choisi de laisser le temps s'imprimer sur elle-même et pourquoi elle laissait aussi la magie de ses breuvage agir sur son corps. Elle pouvait décider de ne pas être impacter par tout ça si elle le désirais. Pourquoi vouloir autant évoluer comme un simple mortel? En y réfléchissant un peu, c'était peu être ce qui faisait la résistance physique naturelle de la vielles femmes. Son corps éprouvé par les ages, des blessures et diverses effet s'y était habituer. Lui qui régénérais systématiquement la moindre blessure et évitais la plupart des efforts était mal habituer à la douleur ou même à la fatigue quel que soi son origine.


"Et je ne suis ni un enfant ni petit. Je n'arrête pas de le répété c'est agaçant. J'ai peu être un physique plus jeune mais je suis âgé. J'ai juste encore toute ma tête et la sénilité humaine ne m'a pas atteint c'est tout. Si tu ne laissait pas leur vieillissement t'atteindre tu t'en sortirais certainement mieux avec ta mémoire. Quel fierté tu peu bien tiré d'une apparence dégénéré et d'un esprit abîmé par les âges."

FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baba Yaga

avatar

Masculin Date d'inscription : 19/08/2014
Affiliation : Tout
Métier : Sorcière

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Sam 14 Mar - 10:24



feat. Odin


Une visite de courtoisie

~Les roses bleues nous sauveront~


"Je ne veux pas d'êtres inférieurs dans mon royaume. Ce n'est lié à aucun problème
ou dilemme d'aucune sorte. Je les détestes, c'est tout. Ils ne méritent ni respect ni
considération de ma part. Je ne leur ouvrirais pas mes Tréfonds même si je le pouvais.
De toute façon ils ne pourraient même pas y respirer ou en ressortir."





« Cela t'arrange au fond n'est-ce pas hein ? C'est dommage, utiliser ce fait comme un prétexte ... C'est bien de ton genre. Hoo hoo. ~ »

Odin semblait bouillonner au fond de lui, en m'écoutant et en me regardant, après tout j'avais raison, et j'avais toujours raison lorsque je venais à parler de lui et de ses ressentis, de toute façon il serait bien difficile de ne pas le remarquer, un nouveau-né pourrait le deviner rien qu'en le regardant droit dans les yeux dans un silence insoutenable. Mais c'est ainsi qu'est la vie du maître des Tréfonds je suppose ... Hoo hoo hoo, j'étais bien heureuse d'être la Déesse de la magie et des choix que j'avais fait jusqu'à maintenant, j'aurais pu moi aussi m'enfermer dans mon monde et devenir comme lui. Cette pensée me donna presque des frissons dans mon corps et hérissa finement ma chevelure : Oui, je ne regrette pas ma vie. Elle est très bien comme elle est et je ne la changerais pour rien au monde. Un petit rire s'échappa de mes lèvres, mais pour Odin il ne s'agira que d'un rire d'une vieille femme presque folle.

Alors qu'Odin déposait son moitié vide à moitié, je vins me saisir du mien pour l'amener à ma bouche ridée et étirée par les âges, et avec lenteur, comme si le verre ne semblait jamais se vider, je le vidais de tout son contenu divin et magique. L'infusion de roses bleues ... Un véritable bonheur. Je pouvais très bien en boire au milieu de centaines de personnes ou des milliers, je me retrouvais toujours seule avec moi-même. Car le plaisir que j'éprouvais à travers cette boisson était au-dessus de tout autre type de "plaisir" en ce qui me concernait. Même une hécatombe de plusieurs centaines de jeunes garçons ne me ferait pas autant plaisir, pas autant de bien. Cependant, en pleine dégustation d'un nectar que mon corps connaissait déjà par cœur depuis longtemps, mon invité décida de partir dans un petit monologue, avec lequel il essayait peut-être de m'irriter ?




"Et je ne suis ni un enfant ni petit. Je n'arrête pas de le répéter c'est agaçant.
J'ai peut-être un physique plus jeune mais je suis âgé. J'ai juste encore toute ma tête et la
sénilité humaine ne m'a pas atteint c'est tout. Si tu ne laissais pas leur vieillissement
t'atteindre tu t'en sortirais certainement mieux avec ta mémoire. Quel fierté tu peux bien
tirer d'une apparence dégénérée et d'un esprit abîmé par les âges ?"





« Mon petit Odin je te prierais de ne pas me parler sur ce ton et de cette manière, tu es mon invité et non mon maître ou mon supérieur. ~ »

Odin avait à peine finit de parler que mon sang et mes instincts s'étaient éveillés d'eux-mêmes pour me faire réagir du tac au tac pour lui rappeler où il était et qui il était par rapport à moi en ce moment-même et en toutes circonstances. Il avait à peine finit de parler que mon verre était vide et que j'étais déjà plus fougueuse et moins évasive. Ma carapace avait disparue ainsi que mes haillons pour laisser place à une tenue plus légère et plus pratique qu'une qui accentuait la bosse de mon dos vieillit. Quelques morceaux de tissus rouges couvraient simplement ma protubérante poitrine que je trouvais par moment dérangeante car je n'avais pas choisis de l'avoir dans ma jeunesse et dans ma fougue de jeune Déesse, ce tissu pendant également à mon dos pour le couvrir un peu avant d'aller se rattacher à mes poignets et ce plus pour la beauté de la chose, après tout, je ne pouvais pas vraiment qualifier ma tenue d'armure.

Pas avec ce tissu rouge et ce pauvre haillon en cuir tanné autour de mon bassin juste pour le couvrir lui : Je n'étais pas nue, c'était le plus important à mon goût. Je l'étais presque, c'est tout. Je faisais même l'effort de porter du cuir tanné plus sombre en guise de décoration pour mes jambes jusqu'à mes cuisses. J'étais plutôt belle ainsi, et je portais bon nombre de colliers, de bracelets, et d'autres ornements comme une couronne à moitié cachée par ma chevelure non plus blanche comme de la soie délavée mais d'un blond des blés. Des fils en or autour des bras, une petite épaulière formée de crânes : Même mes bras qui plus tôt étaient plus des racines, étaient maintenant des serres et des griffes couvertes d'écailles qui brillaient tellement qu'elles semblaient en or.

Ma peau était rebondit et beige, et douce ; j'étais jeune, et belle. Mais je n'ai jamais cessée de l'être au fond. Je ne le montre pas toujours, chose totalement différente exposée ainsi. Même mon bâton avait un peu changé, le bois de ce dernier avait craqué pour laisser sortir diverses pierres ornementales au bout de celui-ci, et deux axes tranchants d'une matière d'origine magique comme une hache à double tranchant, même si cela pouvait aussi ressembler à des ailes de chauves-souris, mais je vous assure, elle coupe, et même très bien. C'était même, habituellement, avec ce bâton que je décapitais les jeunes garçons que je kidnappais. Et en ce moment-même, je le tendais vers Odin, les yeux luisants de magie, car j'usais de cette dernière pour le presser et plaquer contre le dossier en bois de sa chaise et le maintenir ainsi, sans pour autant chercher à le blesser, le bloquer était suffisant, il était parfaitement inutile pour moi que de le blesser ou de lui faire une démonstration de force. L'avoir ainsi à ma merci était amplement suffisant.


« Au lieu de discuter pour me répéter sans cesse la même chose à chaque visite ou pour ne rien dire, ou dissimuler ce que je peux voir dans tes yeux ou sentir dans tes mouvements, je t'invite à finir ton infusion comme une personne normale, il n'y a pas besoin de connaître les humains et de les côtoyer pour savoir cela : Mon, pe-tit. ~ »


© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odin

avatar

Masculin Date d'inscription : 21/02/2015
Affiliation : Mort et ombre
Métier : Dieu des morts

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Mar 17 Mar - 3:27


Dans l'Onde noire
- Le passage des morts est ouvert.


Une visite de courtoisie

feat Odin et Baba Yaga


Elle osait appeler son emprisonnement un prétexte? Avait-elle oublier pourquoi les titans l'avait placer devant des portails d'un monde que son dieu lui même ne pouvais ouvrir ou fermer à sa guise? Elle pensait tellement bien le connaitre, tellement bien lire en lui qu'elle semblait oublier qu'il était forcer de détester ce monde qui pourrait le détruire si il y passait plus de quelques heures. Il devait toujours trouver des moyen détourné de se déplacer entre le monde mortel et les Tréfonds, ses propres portes lui était fermer quelque soi le sens dans lequel il les empruntais. Seul l'influence de ces dernier sur certain endroit comme L'Ysba, lui permettait d'y rester aussi longtemps que si il était dans son plan divin. Son domaine, ainsi que les titans l'avais condamné à la solitude. bien trop d'être divers convoitais sa place ou son royaume, bien trop d'autre divins ne demanderais qu'a pouvoir le manipuler pour obtenir son droit sur les morts par son biais et bien trop de mortelle souhaiterais tout simplement l'éliminé pour ne jamais voir leur vie s'éteindre. Le seigneur passait rapidement de la vexation à la colère, une saute d'humeur plutôt courante chez lui en vérité. Il n'était après tout que haine et jalousie tout le reste n'était que des état pour le dissimuler et le protéger.


"Tu ne sais pas tout ce qu'être sceller dans son propre plan peut impliqué, ni pourquoi cela m'interdis toute visites autres que divines. Tu es la déesse de la magie, c'est facile pour toi tu n'as qu'à te laisser abrutir par toutes les affiliations jamais pensé et tu fait ce que tu veux. Je te prierais de ne pas appeler ce qui protège mon domaine un prétexte c'est bien plus sérieux que tes bêtises avec les humains."


La déesse semblait aussi se mettre au colère, ou au moins être vexée. Bien que Baba Yaga soi l'une des rares personne, même parmi les divins, que Odin pouvais considéré comme son égale, elle restait sa gardienne et il se permettait parfois trop d’écart de politesse à son égard.


"Mêle toi moins à des êtres aussi répugnant et inférieur, peu être que je pourrais envisager la possibilité de prendre un ton plus adapter à ce qui devrais être ta place. Dans la situation actuel je pense être celui de nous deux qui garde le plus d'estime."


L'infusion aux roses bleues avait fini par rajeunir complètement la sorcière. Elle avait désormais une apparence de jeune femme plutôt plaisante. C'était la première fois que le seigneur des Tréfonds la voyais ainsi. Par chance son masque cachait parfaitement la chaleur qui lui montait au visage avec la proximité de la Yaga sous cette nouvelle apparence. Il maudit également sa race divine car même en lui faisait perdre son domaine pour l'éliminé il ne récupérerais jamais ses ossement qui semblait pourtant parfaitement convenir à son art morbide. Il appréciât beaucoup moins la position de faiblesse dans la quelle il se trouva par la suite. Une hache sous la gorge plaqué à sa chaise. Pas qu'il craignait particulièrement de se faire décapiter ou même blesser, la douleur passerais et tout lui reviendrais par la suite quelque soi la partie tranchée. Cependant en grimpant sa colère ne s'intensifia pas dans la violence. Odin était faible physiquement, il n'avais donc aucune raison d'en venir au main, surtout que la déesse semblait avoir des muscles plus puissant que les siens, il n'aurait jamais l’avantage au combat singulier. Il eu un rictus et passa sa main devant sa gorge pour tenter quand même de repoussé la main.


"Voilà bien une façons indélicate de traiter un invité qui plus est, celui dont on garde les portes. C'est donc celle là ton "ancienne" apparence? Au cas ou tu l'aurais oublier je suis tout sauf une personne normale. Tu n'as jamais pensé à abandonné ton immortalité et ta divinité pour rejoindre ma collection? Je te verrait bien dans une longue robe de lin fluide aux cotés de mes dames funestes. Je prendrais grand plaisir à partager une danse avec une ossature comme la tienne."

FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baba Yaga

avatar

Masculin Date d'inscription : 19/08/2014
Affiliation : Tout
Métier : Sorcière

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Lun 25 Mai - 9:32



feat. Odin


Une visite de courtoisie

~Les roses bleues nous sauveront~


"Tu ne sais pas tout ce qu'être sceller dans son propre plan peut impliqué, ni pourquoi
cela m'interdis toute visites autres que divines. Tu es la déesse de la magie,
c'est facile pour toi tu n'as qu'à te laisser abrutir par toutes les affiliations jamais pensé
et tu fait ce que tu veux. Je te prierais de ne pas appeler ce qui protège mon domaine un
prétexte c'est bien plus sérieux que tes bêtises avec les humains."





« Petit jaloux va. Le fait d'être tout seul et d'avoir "autant" de responsabilités à cause d'un plan divin dont tu as hérité sont des justificatifs suffisants. Tu es un petit garçon qui n'a pas le droit de sortir de chez lui, et qui n'osera jamais désobéir à ses parents, par pure envie égoïste de découvrir ce qui t'a toujours été interdit, qu'importe les conséquences de ton acte. Tu resteras mon petit Odin jusqu'à ce jour. Les humains n'ont rien à voir avec toi, parce qu'ils auraient déjà désobéis depuis des lunes et précipités le monde à sa fin ou je ne sais quels autres agissements apocalyptiques. Hoo hoo. A chacune de tes visites c'est le même cirque, j'ai l'impression que cela t'amuse de t'enfoncer dans ta petite déprime d'adolescent alors que c'est tout l'inverse que tu souhaites. Je sais bien que tu es masochiste mais à ce niveau je dirais que c'est faire preuve d'une stupidité sans nom. Mais peut-être es-tu encore trop jeune pour désobéir. Tant pis. Je peux bien encore attendre encore quelques siècles, ou des millénaires. »




"Mêle toi moins à des êtres aussi répugnant et inférieur, peut-être que je
pourrais envisager la possibilité de prendre un ton plus adapter à ce qui devrais être ta place.
Dans la situation actuel je pense être celui de nous deux qui garde le plus d'estime."



Même si j'avais toujours droit à la même "crise" de sa part, pour une fois, Odin semblait tout de même
davantage s'en prendre aux humains. Et rien qu'au ton de sa voix, on sentait à quel point il pouvait être
agacé à l'heure actuelle. Un vrai petit garçon, agacé, et gêné à la fois, tentant de repousser une
discussion d'un revers de la main, niant en bloc absolument tout jusqu'à ce que l'on lâche l'affaire.
Il savait ce qu'il faisait, j'avais beau être particulièrement âgée, je n'aimais guère converser pendant
une éternité sur le même sujet lorsque mon protagoniste faisait l'enfant, me faisant ainsi perdre
mon temps, même s'il ne s'agissait que de quelques minutes. Un temps pourtant précieux. Dans un
profond soupir, je vins hausser les épaules. Puisqu'il faisait l'enfant, peut-être devrais-je lui offrir
un poney ? C'est ce que les parents humains promettent généralement à leurs bambins.
J'y penserais la prochaine fois en tout cas. De son côté, le dieu des Tréfonds ne semblait pas
apprécier la position dans laquelle il se trouvait, ainsi plaqué et coincé contre sa chaise avec mon
bâton munie de lames face à sa gorge, lames qu'il tenta de reculer légèrement de sa chair.




"Voilà bien une façons indélicate de traiter un invité qui plus est, celui dont on garde
les portes. C'est donc celle là ton "ancienne" apparence? Au cas ou tu l'aurais oublier je
suis tout sauf une personne normale. Tu n'as jamais pensé à abandonné ton immortalité et
ta divinité pour rejoindre ma collection? Je te verrait bien dans une longue robe de lin fluide
aux cotés de mes dames funestes. Je prendrais grand plaisir à partager une danse avec
une ossature comme la tienne."





« Mon petit Odin, tu es vraiment un enfant ; tu rêves beaucoup trop. Mon ossature est trop bien pour toi. Comme tout le reste de mon corps. ~ »

Je le libérais de l'emprise de ma magie pour le laisser recouvrir pleinement sa liberté de mouvements et reculer mon bâton, mais je me fis tout de même plaisir en lui laissant une petite et fine entaille le long de sa chair avant d'amener mes lames jusqu'à mes lèvres pulpeuses, dans le seul but de lécher les quelques perles de son sang. Et il était acidulé. Donc pas à mon goût. Il pourrait faire un effort et se gaver plus souvent de choses plutôt sucrées, à défaut de sortir de chez lui. Dans un nouveau haussement d'épaules, je laissais un soupir sortir de ma gorge et croisais les bras. En effet, un enfant et un garçon, le simple fait de voir une jolie fille devait déjà lui faire tourner la tête, lui qui était habitué à ne voir que des squelettes. Je ne pus m'empêcher de gonfler mes joues suite à la tournure qu'avaient pris ses paroles. En plus d'un poney, il me faudrait lui trouver une fille pour laquelle il serait assez bien ... Ça commençait à faire beaucoup de choses.

Je chercherais plutôt une métamorphe capable de se changer en poney qu'il devra tout de même mériter. Trouver une métamorphe n'est pas bien difficile, mais pour qu'Odin mérite une fille, même dénuée de vertus et de dignité, il faudra se lever très tôt. Je posais mon regard illuminé sur son verre, qu'il n'avait toujours pas finit. C'était si chaud que ça pour ses pauvres petites lèvres ? Étaient-elles trop délicates ? Je lâchai mon bâton qui ne tomba pourtant pas et qui se contenta de flotter comme je l'avais laissé, et je m'approchais d'Odin, amenant une de mes mains griffues à son visage pour venir toucher sa joue, ni sans gentillesse, ni sans violence : Je me contentais de le toucher du bout de mes serres froides et acérées.

« Au lieu de me reluquer sous prétexte que je suis certainement la seule femme qu'il t'est autorisé d'aller voir en-dehors de chez toi et que je suis particulièrement belle et séduisante, finit ton infusion et file te trouver une petite-amie, ou un animal, tant qu'il s'agira de quelqu'un ou quelque chose que tu pourras te permettre de désirer et espérer un jour avoir, parce que ce n'est pas demain la veille que tu auras droit à un bout de femme comme moi, tu es bien trop fainéant et manques cruellement de manières pour ça. Même une fille de joie, au fond d'elle, cherche un homme qui a des valeurs et des principes, on ou plusieurs, mais tout de même quelqu'un de viril et qui agit. Mais certainement pas quelqu'un qui traîne dans son coin et qui danse avec des squelettes de femmes parce que c'est la seule chose que l'on puisse trouver ou devenir chez lui. Et change ta technique d'approche, demander à une femme si elle ne veut pas rejoindre ta collection de macchabées dansantes ne te donnera pas la possibilité de t'amuser un peu. Pas même avec moi. J'aime beaucoup trop la douceur de ma peau et la chaleur qui s'en dégage pour accepter de la perdre juste pour te faire plaisir avec quelques pas de danse. Tu devrais essayer de goûter à la chair d'une humaine et arrêter de rogner des os. ~ »



Dans un sourire mêlé à un rictus d'amusement, je plantais mes ongles, ou plutôt mes griffes dans la chair de sa joue et le lacérais jusqu'au cou méthodiquement pour ne tracer que des sillages rouges de sang dans sa peau avant de lui tourner le dos en me léchant le bout des doigts malgré le fait que son fluide n'était pas à mon goût, au moins, j'avais emporté un peu de sa peau, qui vint finir entre mes dents également. Quoi ? Moi, cannibale ? Qu'est-ce qui vous faire dire ou croire une chose pareille ?



© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odin

avatar

Masculin Date d'inscription : 21/02/2015
Affiliation : Mort et ombre
Métier : Dieu des morts

MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   Mer 17 Juin - 2:39


Dans l'Onde noire
- Le passage des morts est ouvert.


Une visite de courtoisie

feat Odin et Baba Yaga


Odin siffla de rage devant l'obstination de son interlocutrice à le traiter d'enfant et à ignorer ce que sa disparition pourrais signifié. Le rôle des dieux n'était pas de précipité le monde dans le chaos, même si son rôle à lui n'avais rien d'attirant pour les mortels il en restait primordiale. Si rien ne mourrais il n'y aurais aucun cycle, aucune évolution possible la terre se serait déchirer ou la vie n'aurais surement jamais exister aussi paradoxal que ça puisse être.

"Contrairement à ton domaine le monde ne peu pas existé sans la mère vieille femme. Je ne peu pas me permettre d'être éliminé juste pour contredire les titans, ce serait encore plus puéril. Ou est la logique? Je suis sceller dans mon monde, je ne peu pas en sortir sous peine de disparaître et j'irais juste pour le prouver qu'ils ne peuvent pas me retenir? C'est aussi stupide que de demander à un de ces idiots d'humains de se jeter d'une falaise pour prouver qu'il n'a pas peur de la mort. Je viendrais le chercher de toute façons un jour ou l'autre, qu'il prouve qu'il n'a pas peur de moi je m'en fiche, pour moi ce n'est qu'un nom. Pour les titans c'est pareil."

Baba Yaga devait bien savoir qu'elle l'agaçais ainsi. Il se doutait que la sorcière cherchait juste à le provoquer dans un jeux pour savoir qui aurait le dessus et elle était persuader de l'avoir, tout même lui était persuadé qu'il détenais la vérité.

"Le soi-disant courage des humains c'est de la stupidité rien de plus et c'est pour ça qu'ils t’intéressent avoue le. Tu aime jouer avec, ce n'est pas de l’intérêt c'est pour te divertir rien de plus. Cesse donc de les défendre tu ne les as jamais vraiment considérer comme des êtres d’exception, ils sont juste un peu plus difficile à chasser qu'un sanglier."

Elle le lâcha enfin. Odin passa rapidement sa main sur sa gorge et constata la blessure. Elle n'était pas asse profonde pour lui faire mal, c'était juste sa peau qui était entaillé. Dans une minute ou deux la peau de son cou redeviendrais lisse et blanche, comme si leur altercation n'avais jamais eu lieu. La Yaga préféra par la suite un contacte plus directe enserrant un coter de son visage entre ses serres, les laissant doucement glisser jusqu'à sa gorge en gardant ses griffes planter dans sa chaire. Le dieu trahis, l'espace de quelques instant, sa sensibilité à la douleur fermant un peu les yeux et émettant un leger gémissement de douleur lorsqu'elle le griffa. Il détourna le regard en s'en rendant compte et tenta de faire comme si il ne s'était rien passer. Ses bras tremblait à cause de la sensation de brûlure et de picotement des blessures et de la colère qui grimpais.

"Je n'ai pas besoin d'une femme, contrairement à toi et Mazael je n'ai pas besoin des ces pulsions charnels répugnantes. Je ne suis pas un animal ni un de ces idiots d'humains. Je tien à garder une enveloppe pure et dépourvue de cette souillure. Je préfère mes dames squelettiques, elle ne sont que beautés et blanc pure, dépourvues d’instincts primaire et de l'incroyable bêtise humaine. Ce sont les compagnes parfaites, elle ne parlent pas, ne me décevrons pas et resterons un art éternel, contrairement à ton corps faussement jeune."

FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une visite de courtoisie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une simple visite de courtoisie ? [Jia Li]
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» - Event IV - Visite de Courtoisie
» WAB: visite de courtoisie chez nos voisins strasbourgeois en août
» Une visite de courtoisie. [PV. Talia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saeri's Chronicle :: Plans divins :: L'Onde noire-
Sauter vers: